Articles

Histoire et origines des jeux

Isabelle Bardiès-Fronty, conservateur en chef au musée de Cluny (consacré au Moyen Âge) a réalisé l'exposition Art du Jeu, Jeu dans l'Art, De Babylone à l'Occident Médiéval qui est à présent terminée. On pouvait y découvrir des pièces exceptionnelles de jeux egyptiens ou mésopotamiens issues des fouilles archéologiques, et des plateaux de jeu somptueux du Moyen Âge. Pour ceux et celles qui auraient manqué ce voyage vers les origines des jeux, retour sur l'exposition.

 Exposition Cluny

  • On a l'impression, après avoir vu l'exposition Art du Jeu, Jeu dans l'Art, que les hommes ont toujours joué. Peut-on dire que le jeu est fondamentalement lié à l'humanité ?

 

Je pense que oui, c'était d'ailleurs le sens de l'oeuvre à l'entrée de l'exposition, qui n'était peut-être pas un jeu : on pénétrait dans l'exposition en compagnie de ce petit plateau égyptien qui a pu être plutôt une table d'offrande. C'est un plateau en argile qui comporte comme une grille sur son sommet. Si nous ne l'avions pas mis dans l'espace de l'exposition où nous commencions à tout seigneur tout honneur par le plus ancien jeu connu de la civilisation méditerannéenne, ce fabuleux jeu du serpent en parcours lové, c'était pour attirer l'attention des spectateurs sur la toute origine des jeux qu'on n'arrive pas à toucher du doigt, qui relève du domaine de l'anthropologie. Un pendant de cette pièce égyptienne aurait pu être des plateaux encore plus anciens qui ont été mis au jour en Jordanie, dont on a beaucoup dit qu'ils pouvaient être des premiers plateaux de jeu et dont on se demande en ce moment s'ils ne sont pas plutôt des pierres à feu.

Senet

Jeu du Senet en faïence (vers 1390-1353 avant J.-C.) découvert à Thèbes en Egypte. Un tiroir permet de ranger les pions en forme de poulie ou de cône. Conservé à New York, Brooklyn Museum.

Ceci veut bien dire qu'on n'a pas la preuve du moment de la naissance du jeu, mais qu'on a l'intuition anthropologique que finalement, dès que l'homme a été en situation de compter, il a pu jouer et il a dû jouer, parce que ça correspond à un réflexe, non pas seulement de dérivatif pour s'occuper, mais aussi certainement divinatoire. On peut penser que dès que le jeu existe, il est lié à la divination, et on peut penser également que l'idée divinatoire est presque consubstantielle à l'humanité. Donc sans aller jusqu'à dire qu'à l'aube de l'humanité on jouait déjà, on peut sans doute supposer que dès que le système de chiffres et de comptabilité est au point dans l'esprit des hommes, on a commencé à jouer aux jeux de type jeux de plateau, jeux à règles. On place donc ce basculement à peu près au moment des civilisations dites néolithiques, lors de l'organisation de sédentarisation : l'échelle chronologique est donc très diverse, selon qu'on est au Proche-Orient ou en occident.

 

Le Senet

C'est incontestablement le jeu le plus célèbre de l'Egypte ancienne. Il s'agit d'un circuit de 30 cases, appelées "maisons", dont les 5 dernières portent généralement une inscription. Les marques varient selon les jeux mais sont toujours porteuses de la même valeur : la 26ème case, inscrite nefer ("bon"), indique très probablement un bénéfice, tandis que la 27ème, qui porte soit le signe de "l'eau" soit une croix, serait peut-être un piège. On suppose que les pions se livraient à une course-poursuite en décrivant un circuit en forme de "S" incurvé.

 

  • Mais est-ce que ces objets les plus anciens sont vraiment des jeux1, étant donné qu'ils avaient une autre fonction que leur probable fonction ludique, par exemple ces jeux dont on ne sait pas s'ils sont ou non des pierres à feu ?

 

Dés

Dés tétraédriques provenant de Suse, Iran, vers 3000 avant J.-C. Conservé à Paris, musée du Louvre.

Cette idée que le jeu n'est que plaisir et ne doit pas avoir de fonction est une idée moderne, et peut sembler anachronique ! Très longtemps, dans la civilisation ancienne, les jeux avaient probablement des fonctions. Par exemple, le Senet égyptien a une dimension funéraire, un rôle de passage. Et il semble avoir été beaucoup moins populaire que d'autres jeux, si l'on en croit la fréquence de la découverte archéologique de ce jeu, mais aussi le fait que quand les plateaux sont bilingues (boîtes comportant une face avec le jeu du Senet et une autre avec le jeu des 20 cases), c'est la plupart du temps le jeu des 20 cases qui est mis à l'honneur, sur la face à l'endroit. Ca veut peut-être dire qu'en termes d'usages, le 20 cases a plus de succès pendant cette période du Nouvel Empire égyptien. Le Senet est très connu parce que c'est le jeu dans le Livre des morts qui permet le rite de passage. Du coup, est-ce qu'on ne le surinterprète pas aujourd'hui en tant que jeu, et est-ce que ce n'est pas plus simplement un jeu initiatique de passage ? C'est lui qui est préférentiellement représenté sur les peintures du Nouvel Empire, mais il n'est pas vraiment retrouvé en situation d'honneur dans les boîtes de jeux qui ont servi. Maintenant, est-ce que l'objectif divinatoire est seulement utilitaire ? Pas vraiment.

 

Dés et osselets
Le dé, générateur de hasard bien connu des joueurs d'aujourd'hui, est la pièce indispensable de nombreux jeux depuis des millénaires, mais sert également pour la prise de décisions sérieuses ou lors de procédures divinatoires. La forme de dé la plus simple et la plus ancienne est le dé binaire qui indique 0 ou 1 (coquillages ou bâtonnets coupés dans leur longueur) ; on a par la suite utilisé des osselets (os de l'articulation du pied des ovins ou bovins) à partir du milieu du IIème millénaire avant J.-C., puis le dé cubique à 6 faces qui ne fonctionne qu'avec une grande précision géométrique accordée à la fabrication.

 

  • Alors, quand le jeu est-il devenu une activité de plaisir "improductive" ?

 

Jeu du chien et du chacal

Jeu du chien et du chacal, Moyen Empire (1814-1805 avant J.-C.). Cette pièce est l'unique assemblage retrouvé avec ses dix fiches : les têtes aux oreilles rabattues ou dressées ont été interprétées respectivement comme des chiens et des chacals. Conservé à New York, Metropolitan Museum of Art.

A partir de la Renaissance, à l'époque qu'on appelle "Moderne" en Histoire. Il y a une vraie coupure. Si on s'arrêtait au Moyen Âge dans l'exposition, c'est d'une part parce que nous sommes un musée du Moyen Âge, mais aussi parce que dès qu'on connaît une diffusion très large, via les cartes à jouer notamment, et une sorte d'universalité des jeux2, on enclenche une dimension du jeu différente, dans laquelle entre peut-être une acception plus moderne du loisir dans le jeu.

 

 

 

 Le jeu du chien et du chacal

Le jeu de 58 trous est un jeu de parcours daté vers 2100 avant J.-C., en Egypte. Le jeu du chien et du chacal n'est qu'un de ses avatars, nom donné en raison de la silhouette des pions des deux joueurs qui devaient passer par 29 trous chacun. Le déplacement des pions était déterminé par le lancement de dés, d'osselets ou de bâtonnets. Les joueurs prenaient le départ au centre, puis empruntaient leur circuit respectif, avant de remonter le bord extérieur du plateau pour atteindre le but commun, réhaussé en Egypte du hiéroglyphe shen (ayant pu signifier "achèvement du circuit").

 

  • Dans l'exposition, vous mettiez en avant  des jeux liés à l'aristocratie : on a le sentiment que les jeux ont longtemps été réservés à une élite qui avait assez de temps, d'argent et d'esprit pour jouer.

 

Vous pensez au fameux plateau de jeu d'échecs et de trictrac du musée du Bargello, encadré d'une scène y montrant les activités de la vie seigneuriale, comme on peut le voir sur les tentures de la même époque. Néanmoins dans l'exposition, nous avons souhaité montrer que tout le monde joue. Il y avait ces jeux de 20 cases aristocratiques égyptiens avec des boîtes somptueuses, mais également une écaille de calcaire toute simple du même jeu trouvée à Deir-el-Medineh.

Trictrac

Plateau pour trictrac et échecs datant de la fin du XVème siècle, Italie ou Espagne (plateau) et Pays-Bas méridionaux ou Bourgogne (cadre). Conservé à Florence, Museo nazionale del Bargello.

Du passé, il nous reste le beau. C'est une erreur de perspective de croire que les objets qui restent des civilisations du passé sont les seuls à avoir existé. Qui garde quelque chose de plus commun ? Comment se conserve un matériau moins noble et plus périssable ? Le pion zoomorphe ou anthropomorphe admirable sera conservé pieusement, alors que le pion informe, commun et moins soigné ne méritera pas l'attention et sera jeté. Ensuite, les plateaux eux-mêmes : lesquels sont les mieux conservés ? Ce sont les grands plateaux avec des matériaux prestigieux : soit qu'ils aient été dignes d'être conservés, soit tout simplement qu'ils aient été en matériau solide. L'expression "jouer par terre" n'est pas abusive pour parler des plateaux de jeu ! On a donc une distorsion entre les vestiges qui nous restent et la réalité probable du matériel ludique. Et parfois, par le hasard de l'archéologie, par la présence sur les génies ailés de Khorsabad et les taureaux ailés du British Museum, à une hauteur compatible avec le chemin de ronde, d'une grille de jeu de 20 cases à la verticale (c'est pour le soldat qui attend sur les remparts de la ville !), on voit bien qu'il n'y a pas que le roi qui joue dans le château.

Après, parmi les jeux, il y en a de plus aristocratiques que d'autres. C'est tout le sujet des échecs au Moyen Âge qui semblent appartenir à une élite, quand le trictrac est plutôt réservé aux tavernes, aux tripots... En même temps, le plateau du Bargello dont on parlait est un échiquier d'un côté, un plateau de trictrac de l'autre. Et les trous dans les reliefs de l'encadrement qui indiquent les fiches pour les joueurs révèlent que ce n'était pas un jeu d'apparât : il a donc été conçu comme un jeu pour être joué.

 

 Le Trictrac

Ancêtre des actuels Jacquet et Backgammon qui a donné son nom au site internet français de référencement des jeux de société, le trictrac consiste à faire sortir le plus rapidement possible tous ses pions du plateau après les y avoir introduits et leur avoir fait parcourir les 24 cases.

 

  • Est-ce qu'on peut dire que les statuts sociaux s'effacent à travers le jeu ? Vous abordiez la symbolique des jeux de l'amour, et on peut penser aux jeux de masque chez Marivaux au théâtre : derrière le déguisement, le jeu, il y a l'idée de faire "comme le roi" ?

 

Jeu de mérelle

Marelle, IIe-IIe siècle, Trèves

Par le biais de cette métaphore de l'humanité qu'incarne le plateau de jeu, une humanité miniature, on est au coeur des mêmes enjeux. Les jeux de mots viennent tout à fait naturellement : la place du jeu dans notre société s'exprime admirablement par le nombre d'expressions dans notre vocabulaire qui utilisent le lexique du joueur. A son origine même, le plateau d'échecs est l'allégorie d'un royaume. Dans notre langue française, le terme est vraiment le même : pour dire le jeu du comédien, et le jeu de plateau. Même si on va chercher l'expression "jouer", on a moins de dispositifs que les anglo-saxons comme "boardgames" : le "jeu de plateau" est moins intuitif pour nous. L'idée du titre Art du Jeu, Jeu dans l'Art, c'est que nous pensions au départ à toutes les acceptions du jeu jusqu'au théâtre, avec la dimension des jeux de masque : Marivaux, mais aussi les jeux dans les jardins (le colin-maillard) qui peuvent être vus comme des plateaux de jeu géants.

 

 Les jeux de mérelles
Le mot ancien méreau, du latin merellus, qui signifie "pion", serait à l'origine de l'appellation médiévale du jeu de mérelles, ou de la marelle, qui consiste à placer 3 pions sur une ligne continue tout en empêchant l'alignement des pions adverses. Toutes ces marelles sont dites "assises" ou "à main" pour les distinguer de la marelle à cloche-pied, jeu d'adresse encore pratiqué dans les cours de récréation. Le tic-tac-toe, appelé communément le morpion, est la version moderne de ces jeux d'alignement : il s'agit de tracer trois X ou trois O consécutifs pour le premier, cinq pour le second.

 

  • Vous avez dû retrouver la plupart des règles des jeux que vous présentez, parce qu'ils étaient conservés sans règle ?

 

Jeu de 20 cases

Le Jeu royal d'Ur est un plateau de jeu de 20 cases daté entre 2600 et 2400 avant J.-C. Il a été retrouvé dans le cimetière de l'élite dirigeante d'Ur, en Irak. Conservé à Londres, The British Museum.

Il y avait dans l'exposition une plaquette cunéiforme comportant des signes zodiacaux d'un côté et les règles du jeu de 20 cases de l'autre. C'est la plus ancienne règle du jeu connue du monde ! Elle n'est pas si ancienne, puisqu'elle date du Vème ou VIème siècle avant Jésus-Christ. Mais il faut savoir que les règles du jeu suivent souvent de longtemps le jeu lui-même ! Il y a une pratique du jeu, un succès, un partage oral d'une formule de jeu qui fait qu'à un moment donné le besoin se fait jour d'écrire la règle. Il y a une pièce du musée de Cluny qui est emblématique de cette problématique, c'est la "boîte de jeux" sur laquelle on peut lire des noms de coups aux cartes : pour certains c'est une pièce médiévale, pour d'autres comme Thierry Depaulis c'est plutôt une boîte moderne. Mais que la règle du jeu soit écrite à telle ou telle époque ne veut pas dire que le jeu n'était pas joué au XVème siècle : il y a toujours cette latence entre la pratique du jeu et l'écriture de la règle.

Et puis la règle, on l'a ou pas. Un jour, quelqu'un de l'équipe du musée me dit "j'aime beaucoup jouer au Bridge, ça apparaît quelle année ?". J'étais bien incapable de le dire précisément, j'ai répondu que ça devait être au milieu du XIXème. Je me suis documentée et en fait la première règle officielle ne fut écrite qu'après 1870 aux Etats-Unis. Mais on a de bonnes raisons de considérer que le jeu existe avant en Angleterre.

 

Le jeu de 20 cases

L'un des jeux les plus populaires de son temps, si l'on en juge par les multiples plateaux parvenus jusqu'à nous. C'est le jeu de course-poursuite par excellence : les deux pistes séparées au départ fusionnent en une seule, sur laquelle les joueurs entrent en concurrence pour arriver premier. Certaines cases ("sûres ou "fatales") ont des valeurs particulières qui induisent des stratégies. Les règles ont évolué : vers 2000 avant J.-C., le joueur qui est près de gagner peut désormais être dépassé à la dernière minute.

 

  • Comment fait-on alors pour retrouver la règle des jeux qui n'ont plus de règle écrite ?

 

Jeu du serpent

Jeu du serpent ou Mehen, Egypte, 3100-2700 avant J.-C. Conservé à Londres, The British Museum.

Parfois, c'est par une déduction de similitude avec des choses existantes : y compris pour les jeux très anciens égyptiens, on se sert des études très actuelles des anthropologues dans le sub-Sahara par exemple. Et parfois, c'est aussi simplement par un passage dans une poésie mésopotamienne, "ton pion est tombé dans la case du puits, tu as mis plusieurs jours à le faire ressortir..." : on en déduit qu'il existe des cases de malchance mais aussi qu'on s'attrape entre adversaires, et puis en faisant des transpositions de jeux modernes avec les ludologues, on imagine que ce sont des jeux de course-poursuite, car ce qui est drôle c'est de bloquer l'adversaire, sinon c'est juste une course de vitesse. Evidemment tout n'est pas jeu de l'oie ni petits chevaux, mais on retrouve souvent ces mécanismes : course-poursuite, combat miniature, tactique d'affrontement3.

 

Palamède, auteur mythique des jeux
Palamède aurait, selon Sophocle, inventé les jeux. De nombreux avatars de Palamède ont été identifiés depuis l'Antiquité jusqu'à la fin de la période médiévale : dans Le roman de Tristan, c'est par exemple un chevalier venant de Babylone qui initie les autres chevaliers au jeu d'échecs. Une telle explication de la création des premiers jeux témoigne de l'impossibilité de donner d'autre réponse que mythique à la question de l'origine des pratiques ludiques. Ces créations de jeux sont toujours liées à l'invention de l'écriture, de la numération, de l'arithmétique ou encore de la tactique, également attribuée à Palamède.

 

  • On ne peut finalement pas identifier d'auteur dans ces jeux anciens, alors que le créateur est vraiment mis en avant dans les jeux modernes. Pourtant le titre de l'exposition compare le jeu à l'art, mais la figure de l'artiste ne semble pas s'appliquer à ces créations collectives dont on ne parvient pas à identifier l'auteur4 ?

 

Pièce d'échec

Pièce d'échec "Tour" en os du XIIIème siècle. Conservé à Douai, service archéologique du Douaisis.

Dans Art du jeu, jeu dans l'art, le corpus était très artistique. Ma collègue commissaire de l'exposition, Anne-Elizabeth Dunn-Vaturi, est en plus une spécialiste des jeux en Orient et Egypte et de leur origine. Par ce partenariat avec le musée de Cluny, nous avons aussi souhaité développer la place singulière qu'occupe le jeu dans la production artistique plastique (pas la dimension règles et mécanismes de jeux). L'idée n'était pas seulement de parler des commandes artistiques de prestige qui induisent des oeuvres somptueuses, c'était d'aller jusqu'à émouvoir le visiteur. Avec l'idée de métaphore de l'humanité qu'incarne le jeu par exemple, montrer que dans ces civilisations où l'art relève souvent du domaine du sacré, ce sujet faussement inutile, le jeu, permet peut-être à l'artiste d'offrir un prétexte plus simple à l'expression de l'humanité : c'est l'artiste qui cristallise notre humanité dont nous n'arrivons pas à parler sans lui.

Finalement, nous sommes avec le jeu très ancien dans un domaine profondément communautaire dont les origines restent mystérieuses. L'inventeur légendaire des jeux, Palamède, vient tout à fait à l'appui d'un syncrétisme et d'une création collective.

 

  • Merci beaucoup !
 
 

1 Roger Caillois définit le jeu comme une activité libre et volontaire, séparée du reste de l'existence, et surtout improductive (Les jeux et les hommes).

2 L'exposition se concentrait sur le monde occidental : la diffusion des jeux dans le monde asiatique est un autre sujet à part entière.

3 Pour un article plus détaillé sur la manière de retrouver les règles du jeu, consulter le hors-série "Art du jeu, jeu dans l'art" de la revue Histoire Antique & Médiévale.

4 Il faut tout de même distinguer l'auteur du jeu (de ses mécanismes et de ses règles) de l'artiste-artisan qui a façonné ces jeux anciens (alors qu'aujourd'hui, les jeux d'édition sont reproduits en grande quantité).

 


A découvrir