Il était une fois CreaGames et la remise des prix du 33e Concours de Boulogne-Billancourt...


"Si les créations ne sont pas un acquis, ce n'est pas seulement que comme toutes choses, elles passent, c'est aussi qu'elles ont presque toute leur vie devant elles." Maurice Merleau-Ponty



Par un week-end mi-pluvieux, mi-chaleureux, les dix finalistes du 33e Concours international de créateurs de jeux de société de Boulogne-Billancourt se sont retrouvés au Centre National du jeu pour connaître le dénouement d'un Concours commencé neuf mois plus tôt. A 14h50, le dimanche 21 septembre 2014, la remise des prix du 33e Concours de Boulogne-Billancourt a commencé.

 


 

 

Différents locuteurs se sont relayés pour complimenter, sacrer et présenter le Concours et les primés. Le micro a virevolté de mains en mains. Les huit membres du jury prirent la parole par groupe de deux pour annoncer chacun des lauréats. Mme Christine Bruneau, adjointe au maire de Boulogne-Billancourt en charge de la Démocratie locale, et M. Claude Rocher, conseiller municipal délégué à l'animation culturelle sont venus témoigner de l'attachement de la ville de Boulogne-Billancourt au Concours et au CNJ. Antoine Sarrazin, le président du Centre National du Jeu, a présenté la compétition dans son ensemble quand Erwan Berthou, le responsable du 33e Concours de Boulogne-Billancourt, s'est chargé de remercier les différents intervenants et de souligner l'excellent niveau de création de cette 33e édition.

 

Les trophées créés par Alexandre Barbe



Le temps d'une demie heure ponctuée d’applaudissements et de rires, de surprises et de tensions, quatre jeux se sont extirpés du beau lot pour devenir officiellement les quatre primés de l'an 33 du Concours organisé par le CNJ. Ce quatuor très divers représente parfaitement l'essence d'un Concours qui récompense la création ludique sous tous ses aspects, sans entrer dans aucun moule.



Et les gagnants sont...

 



 Avant de pousser plus en avant notre récit, voici les quatre primés de l'année 2014 :

 

  • Flip-Flop de Thomas Bréhon, Audrey Guinaudeau et Miguel Pina

 

 

  • Mange qui peut ! de Olivier Dumand

 

 

  • Quadropolis de François Gandon

 

 

  • Uma-Jirushi de Henri Kermarrec

 


Les discours

Olivier Dumand fut le premier à s'avancer d'un pas incertain afin de recevoir son trophée et les jeux Chroma Tik Tak et Quarto, offerts à tous les primés par Ilopeli et Gigamic. Visiblement tombé des nues, ce nouvel auteur dans le milieu de la création ludique ne s'attendait pas à être finaliste... Dès lors, recevoir le prix lui parut tellement incroyable, qu'il livra au public un discours sincère et candide, ô combien touchant.

 

 

Olivier Dumand, le micro en main, le sourire aux lèvres

 

Deuxième à recevoir un prix, Miguel Pina s'est exprimé au nom du trio de créateurs de Flip-Flop, ses deux comparses n'ayant pu faire le voyage du fait d'un fort éloignement géographique. Revenu lui-même de Londres pour le week-end, il fit part de sa joie... d'être troisième ! Joie de suite rehaussée en apprenant qu'il était finalement premier, au même titre que tous les primés.

 

 

Miguel Pina, emporté par la joie


Henri Kermarrec, peu prolixe, était lui aussi abasourdi au moment de recevoir ce prix. C'est avec un ouf d'étonnement, digne des plus belles cérémonies des Oscars, qu'il accueillit l'annonce du nom de son jeu.

 

 Henri Kermarrec, dans l'exercice du discours

 

Enfin, dernier récompensé, François Gandon s'est avancé le cœur léger et la démarche assurée pour recevoir son prix. Fort de son expérience de finaliste de l'année précédente, il a accueilli sereinement le prix et a eu une pensée sympathique pour les auteurs n'ayant pas accédé à la récompense finale.

 

 

François Gandon, visiblement très à l'aise

 

Après les photos d'usage avec les primés, les finalistes, le jury et les élus, la cérémonie a pris fin et la journée a pu s'achever entre dernières occasions pour découvrir les dix jeux finalistes et petite pause boissons pour réhydrater ces corps usés par les émotions.

 

 

Les primés du 33e Concours

 

Les primés

Parcours inhabituel pour un lauréat, le trio de créateurs de Flip-Flop a conçu son jeu le temps d'un projet d'études à l'école des Mines de Paris. Les trois jeunes élèves, la vingtaine rayonnante, ont su atteindre le grade de maître en créant un jeu de plis aussi simple que bigrement malin dans lequel les cartes se retournent en un tour de mains. A noter, une fois n'est malheureusement pas coutume, une femme est lauréate du Concours cette année. Félicitations à elle pour ce bel encouragement à toutes les femmes qui hésitent à se lancer dans la création. Flip-Flop a été repéré par La Haute Roche, il y a quelques mois de cela. Le jeu du trio sera donc un jeu édité dans quelques mois. Leur aventure incroyable semble ne pas avoir de limite !

 

 

 Voilà des cartes qui attendent d'être retournées...


L'auteur de Mange qui peut ! partage avec Flip-Flop une certaine innocence vis à vis du jeu de société moderne. Pour autant, contrairement à Flip-Flop, il n'est pas parti d'un type de jeu traditionnel comme le jeu de plis. Intéressé par la savane, il a conçu un jeu à forte thématique dont le mécanisme traduit parfaitement la vie de chasseurs et de chassés dans les grands espaces africains. En représentant simplement les animaux par deux cercles de tailles et de couleurs variables, reliés par une corde dont la taille diffère elle aussi selon le type d'animal, Olivier Dumand a créé un jeu incroyablement original. Les parties sont empreintes d'une grande liberté de mouvements et le mode opératoire vient naturellement aux joueurs, qui ne résistent que très peu de temps à l'attrait de la manipulation de ces animaux bondissant les uns sur les autres.

 

Olivier Dumand, tout en sérieux et en pleine présentation



Quadropolis ne provient pas du génial esprit d'un novice. François Gandon n'en est pas à son coup d'essai. Ce monsieur était finaliste du Concours l'année dernière avec Windy City. Ne voulant se satisfaire de ce beau fait d'armes, il a remis une deuxième couche citadine à sa nouvelle création pour cette fois-ci coiffer les lauriers. Une règle au cordeau, des mécanismes parfaitement ajustés, un excellent dosage entre relative simplicité et contraintes bien senties : ce jeu, qui propose à chaque joueur de construire sa propre ville, est un parfait exemple de processus de création abouti. Les éditeurs ne s'y sont pas trompés et à en juger par leur enthousiasme, Quadropolis sera, à n'en pas douter, un jeu avec un macaron doré sur la boîte dans un futur pas si lointain. Patience, donc.

 

 

 Quatre vainqueurs du Concours de Boulogne-Billancourt se cachent sur cette photo...

saurez-vous les retrouver?

 

Uma-Jirushi est l’œuvre d'un auteur qui en a vu d'autres. Avec plusieurs jeux édités à son actif, tel que Wiraqocha ou le futur Sushi dice, Henri Kermarrec est déjà un auteur avec un curriculum vitae appréciable. Avec Uma-Jirushi, il a choisi de sacrer le mouvement et le dynamisme. Le quatrième et dernier lauréat du Concours de cette année est un jeu de construction-conquête tendance abstraite redoutablement efficace. Porté par un brassage permanent des positions, il est d'une grande pureté tout en proposant des foules de solutions aux joueurs, le tout sans générer d'analysis-paralysis.

 

Un chasseur d'autographes distrait l'auteur en pleine partie.



Le week-end CreaGames, c'était...
 
Ces dix prototypes, les quatre primés auxquels nous associons les non moins brillants six autres finalistes, ont été présentés lors de ce week-end du 20-21 septembre 2014 par 13 de leurs 15 auteurs. Ces prototypes ne sont pas des œuvres totalement finies ou éditables, cela ne leur était nullement demandé. Une retouche de peinture pour les uns, un ajustement de règles pour les autres ou un travail d'édition plus poussé pour les derniers, ces prototypes sont toujours en chemin...
C'est bien cela le plus étonnant car nous sommes faces à de fabuleuses promesses pour des jeux qui ont encore toute leur vie devant eux (pardon monsieur Merleau-Ponty pour cet emprunt mais il fallait bien expliquer votre présence en tête d'article). Dans un formidable mélange d'originalité, d'astucieux mécanismes, d'épure, et de processus créatif abouti, les dix finalistes ont permis aux visiteurs de CreaGames d'en voir de toutes les couleurs. Les éditeurs ont répondu présent avec la présence de représentants de Blue Orange, Cocktail Games, Days of Wonder, Funforge, Gigamic, Ilopeli, Libellud, Matagot, Sentosphère, Space Cowboys, Ystari. Le week-end CreaGames a parfois pris des tournures de salon professionnel entre parties de jeux pour les éditeurs et discussions auteurs/éditeurs autour d'une table.

 

 

Death Canyon et son matériel remarquable

 
Les auteurs finalistes et primés sont les grands gagnants du week-end car ils ont pu faire tourner à maintes reprises leur créations. Cette vérité perd un peu de son sens quand on s'intéresse à la Creazone, très peu fréquentée en raison d'un afflux moindre de visiteurs, comparativement à l'année dernière. L'espace réservé aux finalistes mis à part, Funforge a aussi tiré son épingle du jeu avec la présentation de Samurai Spirit. Cependant, l'éditeur a été lui aussi touché par un manque de joueurs et a logiquement annulé le tournoi de Samurai Spirit. La fréquentation en baisse est-elle due aux Journées du Patrimoine, au temps maussade ou à l'organisation du festival d'Orléans, nous ne saurions répondre juste à ce jeu des devinettes.

 

Le "spirit" des samourais


Plutôt que de voir le verre au quart vide, nous préférons ce beau trois-quart plein que constitue la satisfaction des auteurs primés et finalistes, des éditeurs, des visiteurs présents, des membres du CNJ et du jury.

Le jury

Les huit membres du jury ont passé un excellent week-end. Au cours de trois jours de jeux, du vendredi au dimanche, ils ont dégusté avec plaisir les dix prototypes qui leur ont été servis.

 

 

Poudlard passe un test

 

Avec moult rires mais aussi beaucoup de concentration, ils ont analysé les jeux, les ont appréciés fortement dans leur ensemble et ont sans trop de difficultés convergé vers le résultat final. L'étonnement devant Mange qui peut !, le fou rire lors d'une partie de Flip-Flop, l'évidence face à Quadropolis ou la dégustation de Uma-Jirushi : le club des huit est passé par tous les stades. Leur admirable participation vaut bien une citation : Frédérique Bédouin, Maëva Da Silva, Dominique Ehrhard, Julien Gaillet, Michèle Lecreux, Olivier Marchand, François Romain, Samuel Schöpfer.

 

Le jury a l'esprit Tiki

 




Le 34e Concours de Boulogne-Billancourt

Fort de ses 33 années de succès et en s'appuyant sur ce très bon cru pour faire encore mieux, le 34e Concours international de créateurs de jeux de société de Boulogne-Billancourt commencera début janvier 2015 avec les inscriptions et se terminera en septembre 2015 avec la remise des prix. En novembre 2014 sur notre site, vous trouverez le règlement et les dates de début et de clôture des inscriptions. Sachez dès à présent que les modalités seront à 99,9% les mêmes. Pour l'instant aucun changement n'est envisagé, car visiblement la recette donne d'excellents résultats.

 

 

 



A bientôt pour de nouvelles créations !